Ganadores del concurso literario en francés (San Valentín)

19 03 2010

Estas son las obras que los profesores del departamento de francés han premiado entre los alumnos que han participado en el concurso convocado para celebrar San Valentín.

Enhorabuena doble a los ganadores, que han demostrado suficientemente sus cualidades literarias, y han utilizado, además, el francés - que es su segunda lengua extranjera -.


 Je suis fatigué. Je suis fatigué pour tout, je suis fatigué quand je marche et si je ne marche pas, je suis aussi fatigué. Quand je monte les escaliers je me fatigue et si je les descends je me fatigue aussi.

Je suis fatigué quand je dis que je suis fatigué et quand j’écris ça, je suis fatigué.

Alors : qu’est-ce que je peux faire pour ne pas me fatiguer si je me fatigue pour tout ?

L’autre jour je pensais, je crois que j’en ai parlé avec quelqu’un, que j’aimerais mourir de ton amour, ça serait mourir, mais continuer à être vivant, n’est-ce pas ? Le meilleur, ce serait ni l’un ni l’autre, ni vivre, ni mourir, mais, maintenant qu’il n’y a pas de marche arrière, on doit essayer de profiter du soleil, du jour, du vent et des étoiles. 

ALVARO VIGIL CASES (1º BCT)

Je dédicace ce poème à mes grands parents.


TOUJOURS 

Craintes déguisées dans le mensonge,
Maintenant, les sourires sont rouillés,
Regards innocents en secret,
Cernes des étoiles,
Chaque nuit, mon âme déçue, voile.
Les couleurs sont en noir et blanc, abstrait,
Automme m’attire de plus en plus dans la terre,
En prenant mon esprit plein de feuilles,
Je tombe, je pense sur place,
Cheveux gris changés par le temps
Peut-être partir serait-il la solution,
Te chercher insatiable dans la Terre Promise.
Danse sous la mélodie et balance
Nos corps, quand ce ne sera plus la vie elle même.
Tu étais mon espoir, ma joie,
Ma raison, ma force, mon courage,
Ma promesse d’être toujours présent :
« Toujours la nôtre, la mienne toujours, toujours la vôtre »

MARINA SÁNCHEZ MUÑIZ (1º BCT)


Je n’avais jamais vu de si beaux yeux  

C’était l’été, il pleuvait, tout a coup, j’ai vu cette fille. Elle était seule, elle marchait sur la route, et elle ne portait pas un parapluie, la pluie ne l’ inquiétait pas, ni les voitures, rien… soudain, elle m’a regardé, je n’avais jamais vu de si beaux yeux, ses yeux étaient verts et grands, ils étaient vraiment impressionnants. J’ai décidé que ce regard serait à moi  quelque jour. Le lendemain, j’ai repassé par la même rue, mais elle n’est pas apparue.La semaine suivante, je l’ai vu apparaître dans la foule, elle a touché mon bras et elle m’a souri. À ce moment là j’ai décidé que je voulais la connaître . La suivante fois que je l’a vue, elle était inquiète, Je le voyais dans ses yeux. J’ai réagi vite, et j’ai pris son bras, je n’ai  pas eu le besoin de savoir plus.Elle se sentait comme moi, mais quelque chose l’empêchait d’être heureuse. Je l’ai laissée marcher, mais en même temps qu’elle s’éloignait, je me suis juré que je lutterais pour elle. Le lendemain, elle m’attendait, je me suis approché, elle m’a dit: - Je ne  sais pas qui tu es, ni comment tu t’appelles, je ne sais rien de toi mais tu as réussi à me faire sentir spécial – elle m’a dit tout ça en même  temps qu’elle se retirait la bague de fiançailles.  Je n’ai pas pu me contrôler: je l’ai embrassée.

PATRICIA DÍAZ 1ºHCS


Acciones

Informaciones

Un comentario a “Ganadores del concurso literario en francés (San Valentín)”

21 03 2010
biblioths (15:06:27) :

Enhorabuena a los jóvenes escritores, que han mostrado unas dotes literarias estupendas.
Saludos al equipo de la biblioteca.

Enviar un comentario


*
Para demostrar que eres un usuario (no un script de spam), introduce la palabra de seguridad mostrada en la imagen.
Anti-Spam Image