POÈMES

27 11 2008

La Tour Eiffel

COLÈRE

T’ es-tu.  T’ es-tu dit, têtu!

Que tu m’ importunes?

Têtu. dis!  Têtu!  T’ es-tu dit

Que tu roucoules pour des prunes,

Que tu m’ amuses , toi qui muses,

Et que tes muses m’ exaspèrent?

T’ es-tu dit, têtu,

Que tu m’ uses

Et me désespères?

UN ENFANT A DIT

Adieu ma terre ronde

Adieu mes arbres verts

Je m’ en vais dans la tombe

Dire bonjour aux vers

Tout poète à la ronde

peut saboter un ver.

Moi, j’ éteins la calcombe

Et m’ en vais boire un verre.

SI MON PÈRE ÉTAIT UN OURSON

Si mon père était un ourson,

Ma tante Alice un gros pigeon,

Si mon oncle était un trapèze,

Ma soeur Anne, un bâton de chaise,

Si ma marraine était un mât,

Mon gran frère, un oeuf sur le plat,

Si mon maître était une autruche,

Et l’école, une vieille cruche,

Je ne sais pas comment irait,

Le monde étroit que je connais,

Mais  je rirais, ah!, je rirais

À faire sauter les volets.



6 11 2008